Envolons-nous aujourd’hui pour une destination que j’affectionne particulièrement en Europe, la Sicile. J’ai eu l’occasion de voyager 3 fois sur cette grande île mais aussi sur ces îles de plus petites tailles :  les îles éoliennes situées non loin des côtes Nord de l’île principale. C’est de ces îles que je vais vous parler aujourd’hui. Les îles éoliennes sont des incontournables d’un road trip en Sicile.

Lien direct : 
Ce lien vous permet de réserver directement votre ferry pour les îles éoliennes

Les îles éoliennes

Au nombre de 17, elles ne sont que 7 à être habitées. Elles ont toutes une particularité et il est très souvent difficile de faire un choix entre ces îles. En effet, même si ces îles éoliennes sont toutes issus de l’éruption de volcan sous marin il y a plus de 2 millions d’années, ces îles ont quelques différences tout de même. Notez que ces îles, qui attirent chaque année plus de 200 000 visiteurs ont été inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000. Voici un article qui vous aidera à visiter les îles éoliennes et à y voir plus clair.

Lipari

Lipari est la plus grande des îles éoliennes, elle est habitée par plus de 16 000 personnes à l’année. C’est donc la plus grande des îles mais aussi la plus animée. Elle comporte plusieurs villes dont la plus grande Lipari, est peuplée de plus de 7 000 habitants ce qui la rend beaucoup plus dynamique que les autres îles de taille beaucoup plus petite. L’histoire de Lipari est riche puisque les grecques s’y installérent durant l’antiquité. La ville fût, plus tard, exploité pour son obsidienne (une roche volcanique riche en silice) mais aussi pour ses pierres ponces. Des carrières sont encore visibles aujourd’hui.

L’île mesure 37 kilomètres carrées, large d’une petite dizaine de kilomètres, les points les plus éloignés sont distants d’environ 20 kilomètres (par la route). L’île possède également quelques jolies plages comme la plage de Spiaggia Bianca. Les plages de sable blanc sont rares sur les îles éoliennes puisque ce sont des îles volcaniques (le sable y est donc plutôt noir). Notez que le volcan de Lipari est un volcan endormi, sa dernière éruption date du VIIIe siécle avant J.C.

Lipari étant l’île principale, c’est depuis cette île que le nombre de ferry est le plus important. Elle est aussi connectée avec les autres îles de l’archipel.

Ou dormir à Lipari ?
Comme dit précédemment Lipari est la plus grande des îles éoliennes, le choix d’hébergements y est donc relativement important. Si vous chercher un hôtel vous pouvez vous tourner du côté de l’hôtel Borgo Eolie, l’un des mieux notés de l’île au prix abordable et offrant un transfert depuis le port gratuit ou encore vers l’hôtel A Pinnata situé tout proche du port.

Lipari-iles-eoliennes

Salina

Salina est la deuxième île la plus importante de l’archipel de par sa taille mais aussi de par sa population. L’île est peuplée de 2 300 habitants réparties en 3 villes principales. L’île possède une histoire unique et tout à fait étonnante. En effet l’île alterna différentes périodes qui firent, par moment, de Salina, l’île la plus peuplée mais aussi la plus importante des îles éoliennes avec des périodes de compléte abandon.

Contrairement à sa voisine, Liapiri, l’île n’est pas exploitée pour ces roches mais pour la richesse de son sol. En effet le raisin mais aussi les câpres sont largement cultivés sur l’île est en font sa richesse. L’île est beaucoup moins touristique que Lipari ou enocre Stromboli et Vulcano. L’île comporte une réserve naturelle, la réserve des deux monts. L’île possède 6 volcans, parmi eux le plus haut sommet de l’archipel, le Mont Fossa delle Felci dont le sommet culmine à plus de 900 mètres.

Vulcano

Vulcano est l’île la plus proche de la Sicile et la plus facilement accessible. Cette île, la troisième plus grande de l’archipel compte un peu plus de 700 habitants. c’est surtout son volcan, toujours en activité qui attirent les touristes. En effet l’île de Vulcano est facilement accessible pour une journée depuis Millazo. Son volcan, d’une altitude de 500 mètres peut facilement être gravi afin de contempler son immense cratère mais aussi les très nombreuses fumeroles qui s’y échappent. Autre particularité de l’île qui attire les touristes, c’est ses bains de boues sulfureuses et chaudes qui, dit-on, auraient des effets bénéfiques pour le corps. L’ile possède également de belles plages, il est possible de s’y baigner et de contempler de plus près ces bulles qui remontent à la surface.

De nombreux sentiers vous permettent de visiter Vulcano et de découvrir sa « vallée des monstres » et ses formations rocheuses surprennantes. La dernière éruption du volcan date de seulement une centaine d’années. Petite précision si vous visitez Vulcano, l’odeur de souffre sur l’île est, par endroit, très forte !

Si vous êtes intéressés par une visite de Vulcano, alors n’hésitez pas à lire le récit de mon voyage sur cette île.

Ou dormir sur Vulcano ?
Du côté du Vulcano, l’île étant plus petit le choix d’hébergement y est un peu moins large. Cependant l’île étant touristique elle offre tout de même de très beaux hôtel comme par exemple l’Hotel Aura, l’un des mieux notés, l’hôtel avec piscine possède un charme fou.
Si vous disposez d’un budget un peu plus confortable alors n’hésitez pas c’est au Therasia Resort Sea and SPA qu’il faut aller. L’un des plus cossu de l’île.

vulcano-iles-eoliennes

Stromboli

Passons maintenant à l’île qui m’a le plus marqué, certainement la plus célèbre des îles éoliennes : Stromboli. L’île de Stromboli est connue dans le monde entier pour la simple et bonne raison que le volcan de l’île, le Stromboli, est en constante éruption depuis plusieurs siècles. Le volcan crache des gerbes de lave a intervalles réguliers de quelques dizaines de minutes. Le volcan reste némanoins dangereux puisque, régulièrement, des éruptions plus importantes se produisent et font, par moment, des dégats dans les deux villes alentours. L’ascension, guidée, du Stromboli est possible afin d’apercevoir de jour comme de nuit ces éruptions. L’ascension n’est, néamoins, par facile.

L’île est peuplé d’environ 500 habitants qui vivent du tourisme mais aussi des cultures de l’île comme l’olive, les figues ou encore des vignes. L’île est la plus éloignée des îles éoliennes et se situe à près de 3 heures de bateau de Milazzo.

Si la visite de cette île vous intéresse, n’hésitez pas à lire le récit de ma visite du Stromboli.

Ou dormir sur Stromboli ?
Le choix d’hébergement sur Stromboli est encore moins large. L’île dispose tout de même de quelques hôtels ou appart hôtel. Vous pourrez vous diriger vers la Villa Petrusa, un hôtel simple mais de qualité. Si vous cherchez quelque chose de plus haut de gamme alors le Il Gabbiano Relais, sa piscine et sa vue imprenable sera le choix idéal.

stromboli-iles-eoliennes

Panarea

Panarea est la plus petite des îles éoliennes, mais pas la moins peuplée. 280 habitants vivent sur cette île à l’année. Sa particularité : être l’île préférée de la haute société italienne qui vient se couper du monde sur cette petite île et profiter de ces hôtels et restaurants de luxe. Les magnifiques villas blanches sur les hauteurs de l’île font également partie du paysages de Panarea.

En effet l’île vit, quasi-exclusivement du tourisme de luxe. Les fonds marins de l’île sont également très réputés et préservés. L’île fait partie des plus éloignés de la Sicile puisque seul le Stromboli est située plus loin de la côte.

Filicudi

Dirigeons nous maintenant vers les deux dernières îles habitées de ces îles éoliennes. La première : Filicudi. Habitée par 230 habitants à l’année cette île n’est pas très touristique malgré de magnifiques grottes marines atteingables en barques. L’île repose sur 3 volcans en sommeil qui offrent de belles randonnées.

Alicudi

Alicudi est une île un peu à l’écart de ses voisines. A l’écart géographiquement puisque l’île est la plus à l’Ouest des îles éoliennes mais aussi de la vie qui s’y déroule. L’île n’est pas touristique du tout, seul une centaine d’habitant y habitent et vivent exclusivement de péche et d’agriculture. L’île n’a été alimentée en éléctricité qu’en 1990. Alicudi conviendra aux randonneurs souhaitant s’essayer aux pentes très raides de l’île. L’île ne dispose d’aucune voiture, l’unique moyen de transport étant la mule.

Quelles îles éoliennes visiter ?

La question que beaucoup se posent est : Quelles îles éoliennes visiter ?

Lave-Stromboli

Tout dépend du but de votre voyage. Si votre voyage est consacré à la découverte des îles éoliennes en Sicile, alors le conseil est simple. Séjournez sur Lipari, la plus grande et la plus dynamique des îles puis prévoyez un journée pour découvrir Vulcano ainsi qu’une autre journée pour découvrir Stromboli. Ces trois îles sont les principales îles éoliennes à visiter lors d’un séjour dans l’archipel.

Si vous êtes en road trip en Sicile et que vous souhiatez faire une excurssion d’une journée ou deux en direction des îles éoliennes alors je vous conseille soit Vulcano, qu’il est aisément possible de faire sur la journée depuis Milazzo ou Stromboli.

Pour cette dernière il est préférable de prévoir deux jours. L’île est la plus éloignée de la Sicile et trois heures de ferry sont nécessaire pour la rejoindre. De plus l’une des activités principales de l’île est l’ascencion en fin d’après-midi pour apercevoir la lave du volcan de nuit.

Comment se rendre sur les îles éoliennes : ferry en direction des îles éoliennes

Tout d’abord il faut savoir que pour se rendre sur les îles éoliennes, il faudra prendre le bateau. Pas d’aéroport sur ces îles. Le ferry sera donc l’unique moyen de transport. En réalité il existe deux types de bateaux, les ferrys « classique » ainsi que des hydroglisseurs. Selon l’île sur laquelle vous souhaitez vous rendre, il est possible d’embarquer depuis différents ports sachant que peu importe l’île, le chemin le plus direct sera de prendre le ferry depuis Milazzo pour rejoindre les îles éoliennes.

Pour rejoindre Lipari il est possible de prendre le ferry depuis :

  • Milazzo (Sicile) : comptez 1h05 de traversée
  • Messine (Sicile) : comptez 1h50 de traversée
  • Palerme (Sicile) : comptez 4h00 de traversée (en fonction des saisons)
  • Naples (Italie) : comptez 6h50 de traversée

Lipari est connectée avec toutes les autres îles éoliennes :

  • Comptez 10 minutes pour rejoindre l’île la plus près : Vulcano, jusque 1h20 pour l’île la plus éloignée : Stromboli

Pour rejoindre les îles de Vulcano et Stromboli en ferry, il est possible de partir depuis :

  • Milazzo
  • Messine
  • Naples
  • Palerme (en fonction des saisons)

ferry-iles-eoliennes

Les autres îles étant plus petite et moins fréquentés, les départs se font essentiellement depuis la ville la plus proche en Sicile : Milazzo.

Vous l’aurez compris, Milazzo est la ville d’ou part tous les ferrys en direction des îles éoliennes.

Quelle est la meilleure période pour visiter les îles éoliennes ?

Lorsque l’on désire visiter les îles éoliennes il est important de se poser la question de la période. Savoir quand visiter les îles éoliennes est primordiale.

Pour répondre à cette question, jetons un oeil au climat. C’est principalement celui-ci qui fera d’une période, une période favorable ou non à la visite des iles éoliennes. Le climat dans cette région est particulièrement clément. L’été y est chaud, mais pas trop, l’hiver y est doux. N’oublions pas que les îles éoliennes restent des îles ! Par conséquent la météo peut être vite changeante. Néanmoins hormis une pluviométrie un peu plus importante durant l’hiver, aucune période n’est réellement mauvaise pour visiter l’archipel. L’été sera, bien entendu, à favoriser car la pluviométrie y est bien plus basse et les températures plus clémentes.

Outre le climat, selon les îles que vous souhaitez visiter, il est possible que certaines soit un peu « désertique ». En effet les touristes visitent principalement ces îles l’été et beaucoup moins l’hiver. Sur le Stromboli, par exemple, l’offre d’hébergement y sera pas conséquent vaste, de même, les excursions sont moins fréquentes.

Pour conclure sur la meilleure période de l’année pour visiter les îles éoliennes, je dirais que même s’il n’existe pas de « vraies » mauvaises périodes, il sera tout de même préférable d’éviter l’hiver pour favoriser le printemps, l’été et le début de l’automne.