Aujourd’hui et le temps d’un article, je laisse le clavier à Claire, fraichement revenue d’un road trip de 2 semaines dans l’Est du Canada. Claire va nous donner, dans cet article, des conseils pour bien préparer votre road trip au Canada mais également son itinéraire de 2 semaines qu’elle a planifié elle-même.
Claire est partie 15 jours, de fin juillet à mi Août, deux semaines durant lesquelles elle a parcouru plus de 3200km. Elle s’est déplacée en voiture, logée principalement dans des Bed and Breakfast.

Quelques conseils pour votre road trip de 2 semaines au Canada

Tout d’abord abordons le côté pratique du voyage au Canada par quelques conseils et informations générales.

  • Quelles sont les principales villes de l’Est du Canada ? La plupart des grandes villes du Canada se situe à l’Est. Les principales sont Montréal, Ottawa,
    la capitale, Toronto ou encore Quebec.
  • Combien d’heure de vol séparent la France (Paris) du Canada (Montreal) ? La durée d’un vol entre Paris est Montréal est de 7h50.
  • Quel est le décalage horaire entre la France et la côte Est du Canada ? Il y a 6 heures de décalage entre la France et la côte Est du Canada. 9 heures avec la côte Ouest).
  • Quelle est la monnaie du Canada ? Au Canada, la monnaie utilisée est le dollar canadien.
  • Faut-il un visa pour rentrer sur le sol canadien ? Pas besoin de visa pour séjourner au Canada (en tant que visiteur) mais il sera nécessaire de vous procurer une autorisation de voyage électronique (AVE). Celle-ci coute 7$ CAN. Ne vous y trompez pas, de nombreux sites (non officiels) vous proposeront de s’occuper de votre demande et vous feront payer un prix bien supérieur au tarif officiel. Pour votre demande d’AVE, rendez-vous sur : https://www.canada.ca/fr/
  • Quelle est la meilleure période pour voyager au Canada ? Difficile de répondre à cette question. L’hiver et l’été sont très différents au Canada, les activités à faire durant ces deux saisons le sont également. L’hiver sera, en général, froid avec de la neige, ce qui fera de l’hiver la saison idéale pour des activités tel que les randonnées en motoneige ou en traineau à chien. L’été verra d’autres types d’activités comme les randonnées en forêt, les croisières à la rencontre des baleines par exemple.

A réserver avant ou durant votre road trip de 2 semaines au Canada

Avant de partir pour votre road trip dans l’Est du Canada, quelques petites choses seront à réserver. Le vol, votre véhicule, vos hôtels mais aussi certaines activités.

  • Trouver un vol à moindre frais : De nombreuses compagnies rejoignent l’Est du Canada et notamment les villes de Montréal, Ottawa, Toronto ou Quebec comme Air France, Air Canada ou encore Air Transat. Vous pouvez rechercher les vols disponible sur Budget Air, l’un des comparateurs les plus efficaces.
  • Réserver votre véhicule :Louer un véhicule sera la meilleure chose à faire si vous souhaitez vous déplacer librement au Canada. De nombreux loueurs y sont présents. Là encore il sera important de comparer le prix des différentes compagnies à l’aide d’un comparateur. Je vous conseille l’utilisation de RentalCars, l’un des leader du marché.
  • Trouver un logement : Du côté des logements, le choix est vaste, quelque soit votre budget vous trouverez des hôtels, des logements atypiques, des campings ou encore des auberges de jeunesses.
  • Réservez vos activités : Concernant les activités, vous pouvez vous rendre sur GetYourGuide, un site spécialisé dans la vente d’activités et d’excursion. Vous pourrez profiter d’un large choix au meilleur prix !

Itinéraire de 2 semaines dans l’Est du Canada

Voici le récit de Claire et de ses 2 semaines de road trip dans l’Est canadien. Itinéraire détaillé de 15 jours de road trip au Canada :

Nous sommes partis au Canada et plus précisément en Ontario de l’Ouest et au Québec fin juillet – début Août 2011.
J’ai réalisé moi-même notre road trip en voiture. Nous avons parcouru 3200 km en 15 jours et avons séjourné uniquement en B&B, un concept très intéressant pour être au plus près des habitants de ce grand pays. Nous avons appris à connaître leur mode de vie et avons dégusté avec eux un petit-déjeuner parfois gargantuesque et toujours très convivial.

road-trip-est-canada

Jour 1 et 2 : De Montréal à Toronto

Toronto-mapNous avons atterrit à Montréal et sommes partis directement pour Kingston (J1), puis Toronto (J2). Là nous avons découvert le modèle de ville américaine, de hauts buildings modernes, accolés à des bâtiments beaucoup plus anciens. Nous avons arpenté les rues, les quartiers (Midtown, Chinatown) et visité le parlement de l’Ontario.
Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de visiter deux des incontournables de la ville de Toronto, le musée de l’Ontario ainsi que l’aquarium Ripley.
Toronto
Nous sommes également montés en haut de la CN Tower, emblème de la ville qui dévoile un point de vue impressionnant sur la ville à 346m depuis le belvédère et le fameux plancher de verre (entrée à 35$). Puis, nous avons voulu voir la célèbre bâtisse qui se trouve à l’extérieur de la ville : Casa Loma qui a notamment servi de décor aux films « X-Men ».
Casa-Loma-Toronto

Jour 3 à 5 : De Toronto à Ottawa

Ottawa-mapLe lendemain nous sommes partis à la frontière avec les Etats-Unis au niveau de Niagara Falls (J3) ! Nous n’étions pas encore arrivés que nous pouvions apercevoir un nuage de vapeur d’eau s’élever dans le ciel. Nous avons bien évidemment fait la mythique croisière sur le Maid of the Mist nous amenant au pied des chutes canadiennes, qui forment le fer à cheval si célèbre. Une croisière incontournable qui ne vous coutera qu’une petite vingtaine d’euros qu’il est possible de réserver en ligne. Le bruit et la puissance des chutes sont impressionnants, vêtus des merveilleuses et indispensables capes bleues, il est difficile de garder les yeux ouverts.
NiagaraFalls

Chutes du Niagara depuis Toronto

chutes-niagara-torontoIl est également possible d’opter pour une excursion depuis la ville de Toronto. Une excursion d’une journée au départ de Toronto comprenant la croisière au pied des chutes.

En fin de journée nous avons repris la route pour rejoindre la capitale du Canada, Ottawa, mais avant nous nous sommes arrêtés à Marmora pour y passer la nuit. Le hasard a fait que nous sommes tombés au moment où se tenait un rassemblement d’anciennes voitures de collection. Mais Marmora est également connu pour ses anciennes mines de fer.
Après une nuit réparatrice, nous avons repris la route vers Ottawa en faisant un petit détour par Kingston où nous avons pu faire une croisière sur le Saint-Laurent autour des 1000 îles.
1000iles
Là encore nous étions très proches de la frontière avec les Etats-Unis, délimitée à cet endroit par le fleuve lui-même. Arrivés dans la capitale, nous avons décidé de passer l’après-midi à visiter le Musée Canadien des Civilisations (renommé aujourd’hui : Musée Canadien de l’Histoire). Celui-ci est très grand et très intéressant pour comprendre l’histoire de ce pays. Les reconstitutions sont impressionnantes, on croirait vraiment avoir remonté le temps. Le parc du Musée donne une vue imprenable sur la colline du parlement et est fréquenté par quantité d’animaux très peu sauvage et friands de ce que tout ce que l’on peut déguster !

Ottawa est une ville très agréable et francophone, la proximité avec la province du Québec y étant notamment pour quelque chose.
Le lendemain nous avons passé la matinée sur la colline du parlement. Nous avons assisté à la relève de la garde qui a lieu tous les jours de l’été entre 10h et 10h30, puis avons visité les différents bâtiments qui constituent le parlement canadien : les édifices de l’est et du centre, celui de l’ouest ne se visite pas. L’architecture des bâtiments est magnifique et ils renferment un petit joyau : la bibliothèque. Je vous conseille d’opter pour une visite guidée de la ville qui vous permettra d’en apprendre plus sur l’histoire d’Ottawa.
Parlement Ottawa
Releve De La Garde Ottawa
Après un encas rapide, nous reprenons la route, destination la province du Québec. Pour y parvenir nous devons emprunter le bac à Hudson. Petite anecdote et petit conseil, en attendant nous sympathisons avec deux québécois en Harley Davidson qui nous proposent de prendre des photos. En montant sur la moto je me suis littéralement brûlée la jambe à cause de la position du pot d’échappement, alors si jamais vous voulez monter sur une Harley, attention !

Jour 6 : La Vallée du Saint-Laurent

trois-riviere-mapNotre journée commence par la visite de la ville de Trois-Rivière, sa cathédrale et son monastère des Ursulines. En ce dimanche matin, les rues sont très calmes. Nous prenons la route en direction du sanctuaire Notre-Dame-Du-Cap à seulement 3 km de là, où l’agitation contrastait clairement avec l’ambiance en ville. L’architecture du bâtiment est impressionnante et imposante, de forme octogonale. Nous décidons de rentrer, une messe a lieu, l’église est pleine à craquer. Au sous-sol, un pasteur protestant dispensait un serment sur les thèmes du partage et de la charité. En faisant le tour du jardin, nous rentrons dans une charmante petite chapelle datant du 18ème siècle, moins fréquentée.
En reprenant la route le long de la vallée, nous traversons la petite ville de Champlain, dans laquelle avait lieu une animation. Nous avons admiré des stands de peinture, un concert de musique classique au sein de l’église, et une démonstration de fabrication de cuillères en étain à la méthode ancienne. Une fois démasqués « vrais français » car venus du vieux continent, nous devenons l’attraction de l’assemblée. S’engage alors une conversation sur l’évolution de la langue française et surtout de la langue québécoise, héritée de la langue française, sans tous ces anglicismes venus « dénaturés » la langue française. Une très belle rencontre et un très bon moment passé parmi les locaux.
Fête-de-village-Vtrois-rivieres
Reprise de la route et visite du centre thématique du Poulamon à Saint-Anne de la Pérade. Le poulamon est un petit poisson qui se pêche l’hiver en perçant un trou dans la glace qui s’est formée sur le fleuve. A cette époque hivernale de l’année, le petit village se transforme en rendez-vous international de la pêche au poulamon et les petites cabanes en bois poussent alors comme des champignons sur le fleuve. A l’intérieur du centre, la tradition de cette pêche est expliquée et on peut essayer de soulever un bloc de glace reconstitué… impossible pour moi de le faire se lever ne serait-ce que d’un pouce !
Nous poursuivons notre périple sur la route 138 en direction du Nord et de la ville de Québec qui nous donne des points de vue sublimes sur le fleuve Saint-Laurent.

Jour 7 : Quebec

quebec-mapNous décidons de passer toute la journée à arpenter les rues de la ville à pied, et très rapidement nous remarquons que c’est une ville fatigante, car les rues ne font que monter et descendre… les maisons de la ville sont très colorées et nous arrivons très vite en vue du château de Frontenac, le symbole de la ville, une merveille surplombant la vallée du Saint-Laurent. Au pied du château, nous nous promenons sur la terrasse Dufferin en bois et empruntons l’escalier de la promenade des gouverneurs, soit 310 marches pour rejoindre la citadelle, puis le parlement du Québec.
Le parlement de la province du Québec est le plus récent, il n’a « que » 125 ans puisque les précédents ont brûlé. L’intérieur est fortement marqué par l’histoire de Québec : la présence française (avec les fleurs de lys) et anglaise (avec les lions). La visite est très intéressante, surtout la salle des communes et le sénat. En sortant nous reprenons notre promenade dans les rues de Québec, animées, dans lesquelles se trouvent de belles petites boutiques, des restaurants, etc… De retour devant le château de Frontenac que nous décidons de visiter. Les guides sont déguisés en vêtements d’époque et entrent dans la peau de personnages du 19ème siècle. Notre guide s’appelle Mademoiselle Charlotte, elle a 17 ans et a vu l’ouverture de l’hôtel en 1898. Elle nous emmène à travers l’hôtel : en passant par les ascenseurs, les couloirs, les chambres et nous remarquons des spécificités particulières à l’établissement : un petit jardin d’herbes aromatiques, des poules, des abeilles, qui donnent des œufs et du miel pour les hôtes de l’hôtel. Puis nous arrivons dans la salle de bal, les salons de réception. L’hôtel compte 18 étages (en réalité 17 car il n’y a pas de 13ème étage, il a été agrandi maintes fois, d’où parfois des absurdités architecturales, tels que trois 3ème étage, ou des lampes non alignées dans une aile de l’hôtel à cause d’une limite de parcelle pas droite.
Ensuite, direction la Basse ville, à la découverte de la rue du petit Champlain, colorée, animée et en s’éloignant un peu on trouve un très beau point de vue sur le château Frontenac ! Le retour se fait grâce au funiculaire, très apprécié après toute une journée de marche. Tout comme pour Ottawa, je vous recommande d’opter pour une visite guidée de Quebec, très instructive !
Chateau-Frontenac

Jour 8 : La côte de Beaupré

La 1ère étape de la journée se fait aux chutes de Montmorency, à seulement 15 minutes en voiture de Québec. Une balade dans le parc permet d’approcher au plus près les chutes, de passer au dessus et de rejoindre un escalier de 400 et quelques marches pour accéder au pied des chutes.
Chutes-de-Montmorency
2ème étape : Le sanctuaire de Saint-Anne de Beaupré. Le sanctuaire est composé d’un cyclorama de Jérusalem, énorme bâtiment circulaire composé d’une seule pièce contenant une immense toile de 110 mètres de long sur 54 mètres de haut représentant Jérusalem à l’époque de Jésus. Derrière le cyclorama, on découvre l’église d’un blanc éblouissant, très belle et richement décorée, dans laquelle se trouve « le cercle de prière » à Saint-Anne, attirant une foule venue exprès. Sur la colline en face de l’église un chemin de croix est représenté grandeur nature.
Saint-Anne-de-Beauprès
3ème étape : le Canyon Saint-Anne. Nous pique-niquons à l’entrée du parc puis effectuons le parcours balisé à travers le parc d’une durée d’environ 1h. Les points de vue sur la rivière et les différentes chutes sont impressionnants et magnifiques. Plusieurs ponts suspendus permettent de traverser le canyon à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Il est également possible de faire des circuits aventures, dont des tyroliennes, au-dessus du canyon, dans le vide. Le parcours terminé, nous reprenons la route en direction de Tadoussac, 3 heures de route.
Canyon-Saint-Anne
La côte de Charlevoix est magnifique et très vallonnée. Au niveau de la Baie de Saint-Paul nous quittons la route 138 pour longer le fleuve Saint-Laurent, la route offre des points de vue superbes. Nous arrivons enfin à Baie Sainte-Catherine et embarquons à bord du traversier de la rivière Saguenay vers Tadoussac. La durée de la traversée est d’environ 15 minutes. Arrivés, nous déposons nos affaires au gîte et profitons de la fin d’après-midi pour nous balader dans la ville et le long du fleuve pour espérer apercevoir des baleines, malheureusement en vain… ce ne sera pas pour ce soir ! Au restaurant le soir, nous choisissons une spécialité : la tourte québécoise ! un régal avec en dessert, une tarte aux bleuets !!
Tadoussac

Jour 9 : De Tadoussac à Saguenay : entre baleines et Fjord

Tadoussac-mapQui dit passage par Tadoussac, dit croisière pour aller admirer les baleines. Nous avons choisi la formule en zodiac, pour être au plus près des animaux marins. Par contre le temps n’est pas des plus propices : brouillard, pluie et le fleuve semble « un peu » agité… Nous nous équipons de bottes, d’une salopette et d’un anorak. Il est temps d’embarquer à bord du zodiac. Avant de démarrer le capitaine nous lit les règles, les risques et les interdictions et nous avertit enfin que nous allons être malade car ça « brasse » là bas ! Nous partons, et plus nous nous éloignons du rivage, plus la température baisse et plus le zodiac bouge et nous éclabousse. Nous nous arrêtons une première fois pour scruter la surface de l’eau. Mais le zodiac bouge toujours autant. Je ne pensais pas qu’un fleuve puisse autant faire tanguer un bateau… Au bout de quelques minutes nous commençons à apercevoir quelques ailerons dépasser de l’eau, puis un rostre de baleine, c’est un spectacle magnifique. Les bateaux sont équipés de sonar pour repérer les baleines et communiquent entre eux pour préciser les positions des mammifères marins. Nous naviguons sur le fleuve durant 2 bonnes heures, en s’arrêtant pour admirer les baleines et les rorquals. Tout cela sans que le fleuve ne cesse de s’agiter et de nous remuer dans tous les sens. De temps en temps ce n’était vraiment pas évident de garder son calme et se maîtriser pour ne pas être malade. Ensuite, le capitaine décide de nous emmener dans une zone plus calme, dans le fjord, sur la rivière Saguenay. Nous retrouvons alors des eaux limpides et calmes, qui nous redonnent des couleurs à tous, c’est très agréable. Cette fois-ci, nous allons voir des belugas. Ils se déplacent à plusieurs et nous devons respecter une distance de 400 mètres. Puis sur les rochers, ce sont des phoques gris que nous apercevons. Au bout de 3 heures de croisière bien secouantes, nous rentrons. Nous nous délestons de nos affaires prêtées, changeons de vêtements car les nôtres sont tout de même trempés et prenons la route avec notre voiture de location en direction de Chicoutimi.

Observation des baleines de Tadoussac au départ de Quebec

baleine-tadoussacSi vous ne possédez pas de voiture de location ou si vous souhaitez, tout simplement, vous laissez guider le temps d’une journée, il est possible d’opter pour une excursion en direction de Tadoussac, afin d’y observer les baleines, depuis la ville de Quebec.

Notre 1er arrêt le long du fjord se fait au bord d’une petite anse qui nous donne un point de vue splendide. Nous pouvons même apercevoir des belugas qui nagent dans la rivière Saguenay.
Notre 2ème arrêt à Sainte-Rose du Nord, très beau petit village en bordure du fjord qui nous donne là encore une très belle vue. Une petite faim et une petite cabane à sucre nous fait prendre une « crème molle » (une glace) au sirop d’érable et à la vanille. Un vrai délice. Petite anecdote, le lieu où nous sommes a été le lieu de tournage d’un film en 2008 avec Pierre Richard : « les malheurs de Pierre ».
Sainte-Rose-du-Nord
Après une petite pause d’une vingtaine de minutes, nous reprenons la route et continuons de longer le fjord. Nous arrivons enfin à Saguenay, puis à Chicoutimi où nous décidons de nous rendre directement à la « pulperie » : endroit dans lequel on transformait le bois en papier. Chicoutimi est une ancienne ville industrielle qui a connu un déclin mais qui essaye de redevenir attractive et populaire. Nous dînons en ville où a lieu un festival, beaucoup d’animations et du monde dans les rues. Nous rejoignons ensuite notre gîte, où nous sommes accueillis par une charmante hôtesse de maison, et passons une nuit reposante et réparatrice…

Jour 10 : Le lac Saint-Jean

Sagenay-mapLe petit-déjeuner est toujours une bonne occasion de discuter avec les hôtes des B&B, formule que nous avons choisie depuis le début de notre voyage et que nous ne regrettons absolument pas. Parfois ils sont tellement copieux et diversifiés que nous avons droit à un véritable menu fait maison et de produits locaux, un vrai régal ! Ce matin là nous passons donc un peu plus de temps que prévu à discuter avec notre hôtesse et son mari, ils nous font découvrir leur propriété et leur façon de vivre.
Notre journée est consacrée à faire le tour du Lac Saint-Jean. Les parties Est et Nord du lac sont les plus modestes et les plus industrielles que nous ayons vues de tout notre voyage et il n’y a pas grand-chose à visiter ou à voir qui en vaille le coup. Par contre, du côté ouest, nous nous arrêtons pour pique-niquer au bord d’un cours d’eau assez sauvage et magnifique près de Saint-Félicien. A Saint-Félicien justement vous pouvez faire une halte pour visiter le zoo, nous ne l’avons pas fait mais apparemment il en vaut le détour. Nous avons préféré filer directement à la réserve indienne de Mashteuiatsh qui donne directement sur le lac Saint-Jean et visiter le musée amérindien de la réserve. Depuis 1977, le Musée amérindien de Mashteuiatsh nous fait découvrir, la magnifique histoire d’un ancien peuple, les Pekuakamiulnuatsh, notamment par ses salles d’exposition, son centre de documentation, dans lequel on peut visionner un documentaire, son jardin, ou encore sa boutique d’artisanat authentique. En fin de journée, direction Roberval et le gîte de Brigitte pour dormir dans une chambre ambiance médiévale !
Lac-Saint-Jean

Jour 11 : Val-Jalbert

val-jalbert-mapVisiter Val-Jalbert, c’est faire un saut dans le temps, dans le passé, retour en 1927 ! En effet, ce village qui vibrait joyeusement au rythme de son usine de pâte à papier entre 1901 et 1927 s’est figé dans le temps lors de la fermeture du moulin à pulpe en 1927, les habitants ont alors quitté le village du jour au lendemain et l’ont laissé tel quel. Si bien que lorsque l’on emprunte le petit trolleybus qui vous amène de l’accueil au centre du village, ou que l’on se balade dans les rues, on se croirait dans un musée à ciel ouvert.
valjalbert
On y croise des personnages du temps passé, figés eux aussi dans leur rôle et dans leur vie de l’époque. On peut donc assister à une classe dans le couvent-école, à une messe, aller dans le bureau de poste pour se faire poinçonner sa carte postale et l’envoyer sur le vieux continent, etc… Dans le magasin général (l’épicerie), on peut prendre de quoi manger quelque chose, et surtout, s’il fait chaud, prendre une glace. Mais pas n’importe quelle glace… il s’agit d’une base de cornet avec une boule de glace par-dessus laquelle on fait couler du chocolat chaud ! Un délice, mais pas très pratique à manger car on s’en met vite partout ! Dans l’étal de boucherie, on peut se déguiser avec des vêtements d’époque et se faire prendre en photo. Les décors et les photos sont bluffantes, surtout si vous les choisissez en sepia ou en noir et blanc, attention juste de ne pas laisser apparaître votre montre, seul détail anachronique qui pourrait trahir l’illusion. Certaines maisons n’ont pas été restaurées et sont donc dans un état de délabrement et d’abandon important, d’autres au contraire ont été restaurées et meublées avec les éléments retrouvés de l’époque. On peut donc admirer l’équipement assez moderne et confortable qui se trouvait dans les habitations du début du XXème siècle. Au pied de la chute Ouiatchouan, impressionnante du haut de ces 72 mètres, que l’on peut admirer de plusieurs points de vue et de belvédères, dont un avec un plancher en verre, se trouve le vieux moulin.
Vieux-moulin-chute
A l’intérieur, des salles et des espaces d’exposition témoignent de la vie du village et de son activité en 1920. De là, on peut emprunter un téléphérique qui nous amène à un point de vue plus haut sur les chutes, sur le Lac Saint-Jean et sur la campagne environnante, mais également à une ballade pour admirer plus loin la chute Maligne.
Crique-Valjalbert
Après avoir passé une bonne partie de la journée dans ce magnifique petit village, nous prenons la route pour rejoindre à quelques kilomètres de là, le parc de la caverne du Trou de la Fée. Malheureusement à cause de chutes et d’effondrements récents, la direction du parc nous apprend que nous ne pourrons pas visiter la caverne, ni nous promener sur le sentier des 3 chutes. Pas grave, nous décidons tout de même d’emprunter le sentier de la caverne dans sa 1ère moitié puis de poursuivre sur la promenade de la conduite d’amenée d’eau. Celle-ci a l’avantage de longer le cours d’eau et donc de nous prodiguer une vue des plus belles sur l’ancien barrage et la chute. Ensuite, le passage se fait sur des passerelles accrochées. Accrochez-vous bien, les planches sont étroites et les passerelles bougent (ponts suspendus).
Caverne-du-trou-de-la-fee
Le retour vers le centre d’accueil se fait à travers le sentier de la coulée verte. La faune et la flore sont impressionnants, les couleurs magnifiques, nous avons bien fait de rester là et de découvrir ce que nous pouvions dans ce parc ! Juste quand nous quittons le parc, un orage approche et nous avons tout juste le temps de rentrer au gîte pour s’abriter et découvrir un peu plus notre hôtesse de Roberval.

Jour 12 : Le parc de la Mauricie

chute-de-la-petite-riviere-du-bostannais
Continuons notre circuit au Canada en direction de Roberval, nous faisons une 1ère halte gourmande à la maison du bleuet. Cette petite baie du Canada que nous avons pu découvrir et apprécier tout au long de notre voyage est exquise, en confiture notamment. Nous en profitons donc pour faire quelques réserves à ramener dans nos valises. Puis direction le sud pour entamer notre retour vers Montréal à travers le parc de la Mauricie. Nous nous arrêtons au parc des Chutes-de-la-Petite-Rivière-Bostonnais, près de La Tuque, en Haute Mauricie. Une tour d’observation permet d’avoir un panorama de la rivière Saint-Maurice lorsque l’on monte à son sommet.

Survolez le parc de la Mauricie

survol-mauricieLe parc de la Mauricie offre des paysages somptueux. Il est possible d’opter pour un survol en hydravion du parc, au départ de Trois-rivières.

Des centres d’interprétations nous en apprennent plus sur la traite des fourrures et sur la faune présente dans la région. Le parc est également très agréable pour se balader le long de la rivière et pour pique-niquer.
Nous poursuivons notre route vers le Sud à travers les paysages enchanteurs du Québec, pour atteindre en fin d’après-midi, Saint-Mathieu-du-Parc à la découverte du site amérindien de Mokotakan. Celui-ci retrace la présence amérindienne depuis plus de 5000 ans grâce à la reconstitution de différents bâtiments des 11 nations autochtones du Québec. La visite audio-guidée que nous prenons nous apprend beaucoup sur les modes de vie, la culture, l’histoire et la spiritualité de ces peuples.
Saint-Mathieu-du-parc
Enfin, nous arrivons à Shawinigan pour nous détendre et passer la nuit.

Jour 13 : En route vers Montréal

Ce matin il pleut, nous prenons la route pour Trois-Rivières et la visite du lieu historique des Forges-du-Saint-Maurice. Ce site historique national abrite les vestiges de la 1ère entreprise sidérurgique au Canada, mais aussi le 1er village industriel du pays. Etablies en 1730, ces forges ont fonctionné durant plus de 150 ans. La Grande Maison permet d’entrer dans l’univers particulier de cette communauté industrielle originale. Le haut fourneau révèle les mystères de la fabrication de la fonte et du fer. Les vestiges archéologiques témoignent de cette époque où la vie de toute une communauté battait au rythme d’une production intensive.
Nous quittons Trois-Rivières en fin de matinée pour rendre notre voiture louée à l’aéroport de Montréal à notre arrivée. Résultat de 13 jours de voyage : 3078 kilomètres parcourus…
Nous rejoignons le centre de Montréal en transports en commun, puis atteignons notre gîte situé dans le quartier latin à l’est du parc du Mont Royal. La fin de journée est consacrée à une découverte du quartier, très coloré et animé.

Jour 14 et 15 : Montréal

Montreal-mapNotre journée débute par une ballade dans Chinatown. Nous ne résistons pas à l’envie de faire un tour dans la ville et les tunnels souterrains qui sont très fréquentés durant l’hiver puisqu’ils servent à se déplacer lorsqu’en « surface » la neige est souveraine. Nous en ressortons assez rapidement puisqu’à cette époque de l’année il n’y a pas grand-chose à y voir. Nous continuons vers le vieux Montréal et arrivons en face de la superbe basilique Notre-Dame de Montréal. Nous arpentons les rues et les ruelles, débouchons sur de sublimes places, plus ou moins grandes, mais toujours très animées. Après le vieux Montréal, nous décidons de nous rendre sur l’ancien site olympique. En effet, les derniers jeux olympiques d’été de Montréal ont lieu en 1976 et les différents bâtiments ont été conservés et reconvertis pour accueillir différentes attractions. La plus emblématique des reconversions est celle du biodôme, ancien vélodrome, dont l’ouverture date de 1992, après une longue phase de travaux. Le biodôme abrite des milliers de plantes et d’animaux vivants, qu’il préserve et présente dans le respect d’une éthique rigoureuse.
Il est possible de visiter ce site, l’observatoire de la tour ainsi que le jardin botanique.
Celui-ci est surmonté par la Tour de Montréal, qui est la plus haute tour inclinée au monde, avec ses 165 mètres et un angle de 45 degrés. En comparaison, la tour de Pise a une inclinaison de cinq degrés seulement!
La fin de la journée est consacrée à la visite de la partie la plus moderne de la ville. Hauts buildings, boutiques, restaurants, bars, etc…
Jour 15 :
Dernière journée au Canada. Notre avion ne décollant que le soir, nous pouvons encore profiter du temps dans la ville de Montréal. Nous ne nous éloignons pas trop du gîte en décidant de nous balader à travers le Parc du Mont-Royal. Sauf qu’il est immense, et que lorsque l’on ne prend pas le bon chemin pour accéder au célèbre point de vue sur la ville, on peut vite se perdre et y passer beaucoup plus de temps que prévu.
Parc-du-mont-royal-montreal
Déambuler dans ce grand parc en vaut quand même la peine, la végétation est impressionnante et le calme y règne… et la vue sur la ville est époustouflante !
C’est ainsi que s’achève mon voyage au Canada, magnifique pays, où la population y est très accueillante et très sympathique, nous qui sommes finalement leurs cousins !