Je suis rentré il y a quelques jours de mon troisième voyage en Sicile. J’avais découvert cette île il y a 3 ans lors d’un road trip au Nord de l’île qui nous avait amenés jusqu’à cette ascension ratée du Stromboli. Nouveau séjour en Sicile, mais au vu de la période, exactement la même que lors de notre échec de cette ascension, je décide de changer d’île pour l’ascension du Vulcano. Plus près, mais aussi moins haut et donc moins risqué.

Se rendre sur l’île Vulcano

Pour se rendre sur le Vulcano, nous sommes parties de Milazzo, la ville sicilienne la plus proche de l’île. La traversée dure 45 minutes et nous a couté 30 euros aller-retour. Selon l’île où vous vous rendez, vous pourrez partir de plus ou moins de ville. Milazzo dessert l’ensemble des îles éoliennes, mais vous pouvez aussi partir de Palerme, Messine ou encore Naples. Deux compagnies desservent les îles éoliennes, Ustica Lines et Siremar.
En ce qui concerne la traversée, elle est rapide, les bateaux étant plutôt confortables, seul hic, on ne peut pas sortir à l’extérieur.

Les îles éoliennes sont composées de 7 îles principales habitées. Leur population varie entre 150 habitants pour la plus petite, à 10 500 pour la plus grande. Ce sont toutes des îles volcaniques mais seules deux îles ont un volcan encore actif : Vulcano (pas d’éruption depuis 1890) et Stromboli (très actif).
Voici ces îles de la plus petite à la plus grande : Alicudi, Filicudi, Panarea, Stromboli, Vulcano, Salina et Lipari.
Les îles éoliennes sont, depuis 2000, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO

L’ascension du Vulcano

Pour ceux qui ont lu mon article sur l’ascension du Stromboli, ou pour ceux qui ont eu la chance de gravir le Stromboli, Vulcano n’a pas grand-chose à voir en terme de difficulté. La taille du volcan, de 499m en est pour quelques choses, mais le sentier pour accéder au cratère est bien plus praticable bien que certains passages nécessite quand même quelques petits sauts. La pente est bien moins raide, le chemin du pied du volcan jusqu’au cratère n’est long que d’un petit kilomètre. Ajoutez quelque 500 m pour relier le port, ou vous déposera le bateau, au pied du volcan.
Pour cette ascension, qui vous prendra environ 1 heure, pensez à prendre de quoi vous hydrater (logique vous allez me dire et bien… pas pour tout le monde 🙂 heureusement ce jour-là il ne faisait pas trop chaud).
panorama-vulcano
Une fois arrivé au sommet, vous pourrez profiter d’un magnifique panorama sur une partie de l’île mais aussi sur les îles voisines. Vous pourrez également profiter de cette odeur particulière de soufre (dès votre arrivée sur l’île). Celle-ci paraît très désagréable à votre arrivée, mais se fait moins ressentir par la suite. Vous verrez des fumeroles sortir du volcan à différents endroits (attention à ne pas respirer ces fumeroles).

Vulcano-fumeroles

fumerole cratere vulcano
cratere-vulcano

Une fois au sommet, vous aurez la possibilité de descendre dans le cratère.
Pour effectuer l’ascension du Vulcano puis redescendre, comptez 2 heures afin de profiter tranquillement de votre ascension en haut du volcan, contempler la vue et rependre votre souffle.

L’île de Vulcano

Vous l’aurez compris, l’ascension du Vulcano ne vous prendra pas la journée entière. Il vous restera donc du temps pour d’autres activités. Tout d’abord côté restauration, ne pas vous inquiéter pas, même en plein mois de février ou l’île est quasi déserte, nous avons tout le même trouver un petit restaurant pour manger et avons pu déguster (encore une fois) les arancini, spécialité sicilienne. La visite de l’île se faisant facilement en une journée, surtout depuis Milazzo, nous n’avons pas cherché à dormir sur l’île. Dans notre cas, passer deux jours sur l’île ne se justifié pas, cependant, si vous voyagez lors d’une période plus clémente, à partir d’Avril-Mai, il peut être agréable de passer plus d’une journée afin de profiter des autres activités qu’offre l’île.
plage-vulcano

mer-vulcano
plage de sable noir-vulcano

Et oui, certes l’activité principale est l’ascension du Vulcano, mais vous pouvez aussi profiter d’un phénomène assez rare, les bains de boue chauds et sulfureux du Laghetto di Fanghi. Vérifiez les périodes d’ouverture, lors de notre visite, en février, celles-ci étaient fermées.
bains de boue vulcano
Vous pouvez également profiter des plages qu’offre l’île. Plages de sable blanc ou de sable noir comme celle de Porto di Ponente, débouchant sur une mer dans laquelle se trouve des sources thermales soufrées aux bienfaits thérapeutiques reconnus. La température de ces sources varie entre 35 et 50 degrés.
source-vulcano
Si vous n’êtes pas trop plage ou bain de boue, vous pourrez faire des randonnées à travers l’île et découvrir des paysages spectaculaires des falaises se jetant dans la mer ou encore de la « vallée des monstres » où se trouvent ces étranges formations rocheuses créées par la lave. Allez faire un tour sur Vulcanello, un autre volcan de l’île, complètement éteint.

paysages-vulcano

roche-vulcano
route-vulcano
soufre-vulcano
Si vous comptez visiter Vulcano, n’hésitez pas à me poser des questions en laissant un commentaire, je me ferais un plaisir de vous répondre.

Partager

Au sujet de l'auteur

Je m'appelle Mathieu, j'ai 27 ans et je suis passionné de voyage. J'essaie de voyager régulièrement tout en continuant mon activité professionnelle. Découvrez mes voyages, mes city trip, mes astuces et mes conseils pour bien voyager.

12 commentaires

  1. Salut, très belles photos ! Quel appareil et objectif tu as utilisé ? elles sont retouchées ou c’est des jpeg sorti de l’appareil ? Merci (ps: il y a une faute à ‘votre commantaire’ là où on peut laisser un com’)

    • Merci pour ton commentaire (et pour ta remarque sur la faute, c’est corrigé). Mon appareil est un Nikon D5100, l’objectif est un Sigma 18-250 (il y a mieux). Certaines photos sont légèrement retouchées, éclaircies et pour certaines il y a un « dehaze » car il y avait un peu de brume le matin. Mais les paysages sont, de base, très jolies, et la couleur du soufre assez impressionnante.

  2. +1, d’accord avec Mat, les photos sont cools 🙂

    J’avais un a priori plutôt négatif sur Vulcano mais ça semble plutôt sympa en fait.
    Il faut que je retourne en Sicile, pour le Stromboli.
    Je ferai peut-être un stop à Vulcan!

  3. J’ai adoré cet article ! Je suis allée récemment à Palerme (j’en parle sur mon blog, version allemande, mais les photos sont un langage universel ;)) et je suis tombée amoureuse du sud de l’Italie. Je rêve de revenir et de visiter toutes les îles, et faire cette ascension. Tes photos sont magnifiques. Je reviendrai sur ce blog, n’hésite pas à faire un tour sur le mien si le coeur t’en dit !

  4. Bonjour,

    C’est vrai que les photos sont très belles.
    J’hésite entre Lipari et Vulcano. Pensez-vous qu’il est possible de faire les 2 en une journée (avec l’ascension du volcan) ?

    Merci

    • Bonjour,
      A vrai dire je n’ai pas faire Lipari. Cette île est la plus grande des îles éoliennes, j’imagine donc qu’il faut un certain temps pour la visiter. Vulcano peut se faire en une grosse demi journée si vraiment vous ne trainez pas, mais le temps de s’y rendre, d’escalader le volcan et de revenir je pense que votre journée sera déjà grandement entamé. Je ne pense pas vraiment que cela soit possible ! Vous pouvez également faire un tour du côté du Stromboli. C’est quelque chose à faire mais il vous faudra encore plus de temps. Ce qui vaut le coup c’est de le gravir la nuit pour voir les projections de lave.

    • Bonjour,
      Le Stromboli peut, en effet, être aperçu si le temps est vraiment dégagé, depuis le Vulcano. Concernant les éruptions, elles ne sont pas du tout visible depuis le Vulcano. Ce ne sont que de petites éruptions, la lave coule mais se refroidit très vite, donc en temps normal, il n’y a pas de longues trainées rouges.

  5. bonjour Mathieu,

    Merci pour ce bon compte rendu et ces photos. Nous projetons un voyage en Sicile ( arrivée à Catane) fin octobre avec nos 4 enfants, passionnés de voyages. J’hésitais entre le stromboli et vulcano, ma dernière ayant 11 ans, et même si elle est habituée aux dénivelés, je me tâte…
    As tu fait l’ascension de l’Etna ? qu’en penses tu ?
    Je pense nous cantonner au nord de la sicile, quitte à revenir l’année suivante… où me conseilles tu de nous poser sachant que les 2 dernières nuits seront certainement consacrées aux volcans?

    • Bonjour,
      Je vais essayer de répondre à tes questions du mieux possible. Tout d’abord, non je n’ai malheureusement jamais gravi l’Etna, vu l’altitude j’imagine que c’est une toute autre ascension que Stromboli ou Vulcano. Je pense même que ca se fait en plusieurs jours ou alors le début doit se faire en 4×4.
      Le vulcano est beaucoup plus accessible que le Stromboli, pas besoin de dormir sur place, ascension en 2-3h max à porté de tout le monde.
      Le Stromboli c’est autre chose, beaucoup plus loin, plus haut. La particularité du Stromboli est qu’il est en éruption constante, avec des éruptions de lave toutes les 20 minutes. Le must et d’aller le voir la nuit (avec un guide). Tout seul on ne peut, logiquement, pas monter jusqu’au sommet, c’est assez dangereux surtout avec des enfants. Tu peux lire mon article sur le Stromboli ici.
      Pour ma part le Stromboli est plus spectaculaire mais plus compliqué à gérer avec des enfants. De plus ca sera plus onéreux, il faudra dormir sur place.
      J’espère avoir pu t’éclaircir un peu. Peso, j’ai adoré la Sicile 😀

Laissez un commentaire