Aujourd’hui je vais vous raconter le déroulement d’une journée particulière. Lors de mon voyage en Sicile, il y a quelques semaines, en Février 2014, nous avions comme objectif de gravir le Stromboli. Journée inoubliable, remplie de nombreuses péripéties.

Une journée qui commence mal

La journée débute à Milazzo, ville dans laquelle nous sommes arrivés la veille et à partir de laquelle nous embarquons, à 6h du matin(rien que ça) pour l’île du Stromboli. Les prévisions météo sont bonnes à Milazzo, un peu moins sur l’île du Stromboli, mais notre planning ainsi que notre réservation nous imposent cette date.

L’arrivée sur l’île

Après 1 h de traversée, nous voilà arrivée sur l’île. Première déception. Nous arrivons sous une pluie battante, nous apercevons à peine le volcan, le sommet est totalement dans les nuages. Notre hôtel se trouvant à 2 km du port, nous décidons d’attendre à l’intérieur d’une petite cabane placée sur le port. Après 45 minutes d’attente nous décidons de nous aventurer à l’intérieur de l’île, déserte. C’est une île presque fantôme, qui s’offre à nous. Les rues sont désertes, les hôtels et les quelques magasins sur le port sont fermés. C’est après quelques minutes de marche que nous trouvons un café où nous réchauffer et nous restaurer.

Stromboli

  • L’île du Stromboli est accessible depuis la ville de Milazzo. Deux compagnies assurent le trajet, Ustica et Siremar. Comptez 30 euros pour l’aller-retour. Le trajet dure entre 1h, pour un direct, à 3h si vous prenez un bateau s’arrêtant sur les autres îles éoliennes.

A la recherche de notre hôtel

Après une petite heure nous décidons de partir à la recherche de notre hôtel. Longue marche à travers l’île, toujours aussi déserte à rechercher, presque désespérément, notre hôtel. Après une bonne heure de marche nous rencontrons, par hasard, des habitants de l’île se déplaçant à l’aide de petites camionnettes, les voitures étant interdites sur l’île. La chance nous sourit enfin, nous sommes transportés jusqu’à notre hôtel et c’est donc en fin de matinée que nous arrivons à bon port, le moral dans les chaussettes au vue du ciel toujours aussi couvert. Repartant le lendemain matin, nous décidons de faire quelques courses dans l’unique magasin ouvert de l’île.

L’interminable ascension

Première tentative

Début d’après-midi, le temps à l’air de se découvrir légèrement, nous étudions les différents chemins qui nous permettrons de gravir le Stromboli et décidons, tous d’abord, de monter à 420 mètres ou nous devrions avoir un joli point de vue sur la lave coulant dans l’eau de la mer. Première erreur, nous avons assez mal jugé des distances sur l’île, ainsi que la difficulté de l’ascension du Stromboli. Nous quittons donc l’hôtel en début d’après-midi et rejoignons cet endroit, après 2 longues heures de marche. En hauteur un vent violent se fait ressentir. Joli panorama sur le flanc du volcan par lequel la lave descend, oui mais voilà, aujourd’hui il n’y a pas de lave visible qui coule.

Flanc du Stromboli Sommet Stromboli

Deuxième tentative

Nous ne nous désarmons pas, certes ces 2 heures de marche, presque en vain, nous ont fatigué, mais une légère éclaircie fait son apparition. Il ne nous en fallait pas plus pour nous remotiver. Nous décidons donc de tenter l’ascension du Stromboli par le chemin qui devrait nous mener au sommet. Nous décidons de nous passer de guide, obligatoire au-delà des 400 mètres. Nous débutons l’ascension en milieu d’après-midi espérant apercevoir le magnifique spectacle de la lave de nuit. Nous sommes donc repartis pour plusieurs heures de marche, assez éprouvantes. Une petite erreur de trajectoire plus loin, nous voilà arrivé aux fameux 400 mètres. La nuit commence à tomber, nous décidons donc d’accélérer pour nous rapprocher le plus rapidement possible du sommet. 18 h, la nuit tombe, nous sommes à 600 mètres de hauteur et l’ascension devient de plus en plus difficile. Voyant que notre périple n’est pas près de se terminer, la fatigue se faisant de plus en plus ressentir et notre manque d’équipement pour aller plus haut, c’est avec une grande déception que nous décidions de faire demi-tour. Pas de lave en vue, juste des grondements qui se font entendre à intervalles de temps réguliers. De retour dans la ville, nous trouvons un (le seul) restaurant ouvert pour nous restaurer et rejoignions l’hôtel exténué.

Panneau Stromboli Stromboli soir

Infos pratiques

Il existe trois chemins différents pour rejoindre le sommet. Le point culminant se situe à 918 mètres. Le cratère se situe légèrement plus bas, à 830 mètres d’altitude. Au delà de 400 mètres vous devez être accompagné d’un guide, sous peine d’une forte amende.

Plan du Stromboli

Voyager en Sicile aux meilleurs prix

Un peu d’ironie

Départ le lendemain matin, à 7 h, après une journée où nous aurons totalisé près de 20 kilomètres de marche pour plus de 3 000 mètres de dénivelé. Ironie du sort, nous partons sous un ciel totalement dégagé, avec une magnifique vue sur le Stromboli.

stromboli soleil

Localisation

[ngg_images gallery_ids= »2″ display_type= »photocrati-nextgen_basic_thumbnails »]
Partager

Au sujet de l'auteur

Je m'appelle Mathieu, j'ai 27 ans et je suis passionné de voyage. J'essaie de voyager régulièrement tout en continuant mon activité professionnelle. Découvrez mes voyages, mes city trip, mes astuces et mes conseils pour bien voyager.

3 commentaires

  1. Un beau récit mais surtout une belle marche sportive 🙂

    Vraiment dommage pour les effusions de lave, c’est toujours beau d’en voir mais je pensais pas que l’ascension était aussi dur !

    Merci pour le partage

  2. Bonjour Mathieu, tous mes meilleurs vœux 2015 et pleins de beaux voyages pour cette nouvelle année. Je me rends à Stromboli en mai prochain, pourrais tu m’indiquer où tu as logé, quel tarif. Y a t’il un camping sur l’île ou est il possible de loger chez l’habitant , Merci d’avance pour tes tuyaux.

    • Merci Michel, je te souhaite également une très bonne année. Je ne sais pas si il y a un camping sur l’île, nous étions partie en Février donc nous n’avions pas vraiment cherché de camping. Nous avions logé à Pedra Residence. C’est un petit hôtel à quelques centaines de mètres du centre de la ville. Nous avions payé 96 euros pour une chambre de 3 personnes pour une nuit. Les prix sont relativement élevé sur l’île. Je suppose que tu vas partir de Milazzo ? Je pense qu’en mai il y aura un peu plus d’activité qu’en février ou l’île était quasi déserte. Je te conseille de prendre un guide, si le temps y est, tu seras sûre de voir la lave.

Laissez un commentaire